Selon l’UFC-Que Choisir, la voiture électrique est moins chère que le diesel et l’essence

Accueil    Actualités    Selon l’UFC-Que Choisir, la voiture électrique est moins chère que le diesel et l’essence

Article issu du site Automobile Propre

L’UFC-Que Choisir vient de publier sur son site les résultats d’une étude comparative qui met au jour que, en dépit d’un prix d’achat plus élevé, les modèles électriques et hybrides rechargeables sont au final plus économiques que les véhicules équivalents qui grillent du carburant fossile. Une action qui intervient en plein Mondial de l’Automobile, et avec la conscience que les négociations au niveau européen sur les normes d’émission des véhicules à l’horizon 2030 sont toujours en cours.

 

La voiture électrique gagnante dans tous les cas

Dans son étude intitulé « Coût de détention des véhicules : Gare aux idées reçues ! », mis en ligne aujourd’hui, mercredi 10 octobre 2018, l’UFC-Que Choisir a décidé de comparer le coût de détention d’une voiture particulière (berline moyenne de type Renault Mégane ou Peugeot 308) selon son énergie d’alimentation, dans 3 vies successives, depuis neuve jusqu’en 3e main.

Cela, en tenant compte d’un kilométrage annuel qui décroit progressivement : 15.000 km par an sur une durée de 4 ans, 12.000 km (5 ans) et 10.000 km (7 ans), respectivement en 1re, 2e et 3e mains. Dans tous les cas, la voiture électrique arrive sur la première marche du podium : 6.801 euros de coût annuel de détention en 1re main contre 7.038 euros pour les VP diesel et 7.166 euros pour les modèles à essence ; 2.407 euros en 2e main contre 3.155 euros pour les hybrides rechargeables et 3.347 euros pour les diesel ; 1.151 euros en 3e main, contre 2.329 euros pour les hybrides rechargeables et 2.768 euros pour les diesel. Des calculs réalisés par un cabinet indépendant (Elementary Energy), pour une étude technique financée par la fondation European Climate Foundation (ECF).

 

Grâce au bonus

UFC-Que Choisir précise que la bonne position des véhicules électriques par rapport aux modèles thermiques dépend encore du bonus gouvernemental de 6.000 euros actuellement en vigueur. Toutefois, selon les projections dont l’organisme dispose, « grâce à la baisse des coûts de production, les véhicules électriques et hybrides rechargeables devraient rivaliser avec les voitures thermiques, même sans bonus, d’ici à 2025».